Construire son projet comme l’on construit un patron : bilan mi-parcours.

Il y a quelques semaines je vous annonçais avec hystérie que je lançais ma marque de patron de couture. Je ne pensais pas avoir un tel accueil ! Vous avez fait bondir mon petit cœur avec vos encouragements. Merci beaucoup.

Comme vous pouvez l’imaginer ce lancement à corps perdu dans l’entrepreneuriat est un travail immense qui demande une organisation de fer et un mental d’acier (qui peut parfois faillir, voir article précédent). Mais savez-vous vraiment à quel point cette création d’entreprise est titanesque ? Je veux dire savez-vous vraiment ce qu’il se cache derrière les 16€ déboursés pour l’achat d’un patron ? Ce projet prend vie grâce à vous et c’est pour cela que j’ai décidé de tout partager avec vous.

Alors où en suis-je depuis début janvier ? La première étape a été l’annonce officielle sur les réseaux sociaux et la sollicitude pour mon questionnaire. En tout vous avez été plusieurs centaines à y répondre ! Ce qui a été une très bonne base pour analyser vos envies et vos attentes. Ce questionnaire a été présenté à l’Université Panthéon-Sorbonne dans le cadre d’un projet défendu par ma soeur et son équipe. Ça tombait bien, le sujet pour leur année d’étude était : « l’auto-entrepreunariat ». Imaginez un peu, nous avons débattu tissu, patronage, habitude de consommation, stratégie de communication; dans l’une des plus grande université de France.

La deuxième étape, un chouilla plus administrative a été la déclaration en ligne sur le site de l’auto-entrepreneuriat, un moment émotionnellement fort car pour la première fois mon projet prenait la forme d’une entreprise. Si vous souhaitez vous lancer avec peu de moyens/démarches administratives/risques alors je vous conseille de choisir ce statut. De plus pour les salariés du privé il nous permet de garder notre emploi en parallèle. En tout cela m’a pris 15 minutes et c’est totalement gratuit !

 

La troisième étape est mon blog que je dois pimper pour qu’il devienne un site web avec une plateforme d’achat. Heureusement que j’ai rencontré Céline recommandée par une amie, c’est un véritable couteau suisse de l’informatique. Avec son aide je vais pouvoir vous offrir d’ici quelques semaines un site tout neuf doté d’un chouette design et d’un confort de navigation optimal, tout en respectant mon univers rétro et pastelisé.

La quatrième étape, juridique, est celle qui m’inquiétait le plus, car je n’y connaissais pas grand chose, mes cours de droits des entreprises remontant à ma licence. Mais grâce à un petit appel de détresse lancé sur Instagram j’ai eu la chance d’avoir le contact de Léa, juriste auprès des entreprises et spécialisée dans la propriété intellectuelle ! Bonne pioche ! Léa c’est la nana qui connaît les lois sur les bouts des doigts et grâce à elle j’ai eu la chance d’avoir des conditions générales de ventes  ultra personnalisées. J’ai pu poser toutes mes questions et en apprendre beaucoup sur les droits et devoirs d’une entreprises auprès de ses clients. Les conditions générales de ventes ou CGV sont ces fameuses petites lignes que nous lisons rarement et qui pourtant, sont cruciales et obligatoires. Ce sont ces lignes là qui nous lie vous et moi lorsqu’une commande est passée sur ce site. Cela définit un cadre et vous protège vous comme moi en toute transparence.

La cinquième étape est ma réflexion sur le packaging. Je voudrais vous proposer un autre format que la traditionnelle pochette. Non pas que je n’apprécie pas cet emballage mais simplement que cela ne me ressemble pas. Je les compare toujours à un carton et un matelas gonflable, je n’arrive jamais à replier le patron correctement pour qu’il rentre parfaitement dans sa pochette. J’ai donc fouillé, échangé et cherché jusqu’à trouver l’emballage parfait pour vos beaux yeux. Étant sous une forme différente j’espère qu’il ravira vos petits cœurs. En tout cas sachez que pour moi c’est une partie très importante, que je me suis grandement impliquée, et ce avec tout mon amour.

La sixième étape est celle qui nous intéresse le plus. Elle concerne les patrons. Je voudrais être très limpide sur ce point précis. J’ai une formation de modéliste de plus de 10 ans, j’aime faire des moulages sur mon mannequin, en atteste la vidéo proposée aujourd’hui. J’adore chercher les volumes et voir un vêtement se construire à partir d’une toile. Cependant ce n’est pas la partie que je préfère dans la couture et étant toute seule j’ai dû déléguer cette tâche. Moi je m’éclate à dessiner des modèles, les retravailler, à penser une collection. Choisir chaque détails et à imaginer les coupes. Ainsi chez Joli Carmin, je dessine tous les modèles en me référant aux tendances de la rue et en les associant à une mode balayant les années 50 jusqu’au années 90. C’est comme ça j’aime le rétro ! Après avoir dessiné je créer un cahier des charges. Je décompose le modèle, je l’explique, une poche par-ci une découpe par-là. Je pense également à toutes les finitions, doublure, coutures anglaises, bords francs… Ensuite je transmets le dossier très complet à ma modéliste Anne. Elle se charge via un logiciel (dont la licence coûte plusieurs milliers d’euros) de créer le patron. Elle rajoute toutes les valeurs de coutures (1cm) et m’envoie la taille 40 afin que je teste mon patron. Je monte la première toile et lui indique toutes les modifications à apporter. Je juge les volumes et l’allure générale. Le patron annoté repart alors entre les mains d’Anne. Une fois modifié et retravaillé elle me le renvoie, je monte une seconde toile et vérifie que mes remarques ont bien été prises en compte. J’ajuste une nouvelle fois le patron et affine de plus en plus le résultat final. Anne retravaille une troisième fois le patron, bouge les lignes et ajuste les volumes de façon définitive jusqu’à ce que cela tombe impeccablement bien. Je reçois la version 3 que je monte en tissu, après d’ultimes vérifications et montage dans plusieurs tissus aux tombés différents je peux enfin annoncer à Anne que la toile de base est validée !! Il ne reste plus qu’une étape, faire tester le patron dans plusieurs taille, en effet il est primordial que le patron ait le même rendu de la taille 34 à la taille 48. Pour cela il faut vérifier la gradation, monter le modèle, essayer le vêtement, bouger avec et me faire des commentaires objectifs et sincère sur le bien aller. Car si une taille tombe mal elle sera retravaillée avec acharnement jusqu’à ce qu’elle soit parfaite. Pour cela je donne le patron à mes amies couturières chevronnées et passionnées, plus communément appelées : testeuses de choc. Elles montent le patronage à partir du pdf, ainsi lui aussi est testé. Je ne donne pas d’indications de montage comme cela je test la logique du patron et des finitions.  Une fois leur retours accordé au mien, je donne les dernières remarques à ma modeliste. Voici le cheminement de la création d’un patron Joli Carmin, des heures et des heures de passion, des dizaines de toiles test pour atteindre un résultat qui allie technicité, propreté et style.

Je viens de vous énumérer les 6 premières étapes auxquelles j’ai fait face pour la création de mon entreprise. Il en manque encore quelques-unes (le livret, le tuto, la poste,le shooting…) mais j’ai confiance 🙂 Voici donc, en toute transparence ce qu’il ce cache derrière les 16€ d’un patron. De l’amour, de la patience et une furieuse envie de bien faire.

Monter une boîte c’est un peu comme créer un patron, il faut être logique persévérant et précis. Pour illustrer mes propos je vous propose aujourd’hui d’apprendre à construire un caraco à partir de notre mannequin en bois. Je vous ai montré, lors d’une précédente vidéo comment positionner les bolducs. Puis dans une seconde vidéo nous avons étudié la jupe de base, voici maintenant un petit top facile pour découvrir plusieurs techniques. Avec ces trois vidéos vous avez les bases pour bien débuter en moulage. J’espère que cette vidéo pleine de pédagogie vous aidera et répondra à quelques questions que vous vous posez.

Et surprise ce caraco fait partie de la première collection, ce modèle sera téléchargeable en taille réelle et une vidéo tuto pour apprendre à le monter l’accompagnera.

Je vous embrasse, bien à vous, Justine

20 commentaires à “Tuto moulage : le caraco

  • Vi'

    J’adore ton article, on ressent bien tout tout investissement, tout ce que tu donnes pour Joli Carmin <3
    Je n'ai aucun doute quand à l'accueil que va recevoir ta marque de patron.
    Il est canon ce petit Caraco aussi !

    Répondre
  • Valérie

    Merci beaucoup pour cet article hyper instructif. En complète autodidacte, l’aventure entrepreunariale me tente énormément mais je n’ose pas par souci de légitimité, ton dynamisme et ta volonté m’ont donné un sérieux élan ! J’ai enfin osé ouvrir le site du centre des formalités des entreprises 🙂

    Voici mes petites coutures à moi : https://www.instagram.com/insewbordination/

    Bonne continuation, je vais à présent te suivre de très près

    Répondre
    • justine

      Coucou Valérie, je suis tout autant auto didacte que toi. J’ai peu de moyen et un métier à plein temps. Autant dire que cela n’est sur le papier « pas le moment idéal » pour se lancer. Mais après tout y a t’il vraiment un moment opportun plus qu’un autre ? Si tu le sens au fond de toi alors vas-y fonce !

      Répondre
    • Valérie

      Merci Justine ! Oui, c’est comme pour avoir un enfant on dirait, ça n’est jamais le bon moment ! Ca tombe bien, le mien est arrivé par surprise et c’est à cause de son arrivée (ou plutôt grâce !) que j’ai dû me reconvertir. Quand je vois le chemin parcouru et mon épanouissement actuel, je me dis que c’était un signe du destin ;).

      Osons ! Et si on rate, apprenons de nos erreurs 🙂

      Répondre
    • justine

      Merci Isa, plus que un mois pile poil pour découvrir cela (gros coup de stress en t’écrivant ces mots et en réalisant du coup qu’il ne me reste que 4 semaines !!! ). Bisous

      Répondre
  • Marie-Hélène

    Afin que nous puissions mieux nous rendre compte du travail que tu as et es entrain de réaliser, j’ai trouvé qu’il était important que tu nous parles de tout ce dont nous ignorons sur “l’envers du décor”.
    Je suis très curieuse de voir à quoi va ressembler la pochette des patrons.
    Merci également pour la vidéo qui est très instructive.

    Répondre
    • justine

      Coucou Marie-Hélène, merci d’avoir pris le temps pour un petit commentaire <3 Et oui l'envers du décor ce n'est pas toujours le plus fun mais c'est le socle d'une entreprise. Je suis sur le point de boucler des grosses étapes ce mois-ci et j'attends juin avec impatience pour pouvoir enfin vous dévoiler tout mon travail. A très bientôt

      Répondre
  • maureen

    Hello !Je te suis depuis un bon moment via youtube et je t’adore ! J’ai vraiment hâte de voir la suite ?. Si jamais tu cherche une testeur en taille 34 ( ma taille) , je serais ravie de proposer ma candidature.
    Mon insta est rhynn86. Je n’ai pas postés toutes mes coutures car je suis une newbie sur ce réseau 🙂
    Trop hâte de voir tes créations !! A très vite !
    Maureen

    Répondre
    • justine

      Coucou Maureen, merci beaucoup de ton retour, cependant je ne t’ai pas trouvé sur Instagram. C’est noté pour la proposition de la taille 34 je ferais surement appel à toi pou un prochain patron 🙂 belle soirée à toi

      Répondre
    • justine

      Haha oui je me doute que cela désacralise cette opération “sensible” de la couture ^^ Il faut s’entraîner sur de petits projets faciles pour appréhender cela en douceur. Si besoin je suis là <3

      Répondre
  • Isabelle

    C’est vrai que c’est un boulot de dingue ! Tu fais bien de le mettre en avant et le décrire aussi complètement ?, je suis une adepte de PDF mais je fais aussi parfois l’effort d’acheter des pochettes, mais très rarement c’est vrai, j’ai une excellente raison à cela… Mais je lutte également contre la distribution des PDF ?
    Bravo pour tout ce travail de fourmi et de titan, pour ton univers qui ressemble à une aquarelle ?, et je te souhaite encore le meilleur à venir ?

    Répondre
    • justine

      Merci Isabelle pour ce commentaire très touchant. C’est un de mes plus long article mais j’ai besoin d’être totalement transparente avec vous sur chaque étape de mon projet. Je fais partie de la “team milieu” un coup pochette un coup PDF, tout dépend du nombre de feuilles à imprimer… Merci encore <3

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *